10e We : We de looseuse...

Publié le par Agnes

Ce week-end, ca a été un WE du style…”j’enchaine les pas de chance” ou encore “j’aurais mieux fait de rester couchée”. Vendredi soir, on va au resto avec Cécile et Amélie, un resto thaï délicieux et bon marché, le pied. Sauf que j’ai une jolie surprise en retrouvant ma voiture, une amende de 76 $, soit 45 euros environ, pour stationnement dans une zone non autorisée. Il y avait des lignes au sol matérialisant le parking et un panneau disant qu’il ne fallait pas rester plus de 10 minutes, mais bon, je ne gênais vraiment pas la circulation ! Enfin, je vais aller râler comme toute bonne française, disant que ce n’est pas en parking interdit que je me suis garée mais en parking limité en temps…on verra bien.
Pour bien continuer le WE, samedi matin, je me lève super tôt pour aller passer une audition de théâtre… et j’ai été tellement catastrophique que j’en ai encore honte… Bon, il faut reconnaitre que Shakespeare dans le texte, c’est pas évident à comprendre… alors mettre des intentions quand on peine déjà à comprendre et à prononcer le texte, c’est pas gagné.
Ca se conclue sur un : « on vous rappellera »…
J’enchaine par une visite de colocation ou tout se passe à merveille. En plus, c’est super bien situé par rapport à toute mes activités…mais le soir même, ils m’apprennent qu’ils ont choisi quelqu’un d’autre…Entre temps, j’ai visite une autre colocation dans une maison superbe mais avec des filles trop bizarres ! Mais l’apothéose de ce super WE arrive avec ma journée du dimanche.
Je me couche tôt samedi soir car je dois me lever tôt dimanche matin pour aller visiter une autre coloc’ avant mon premier match de foot. Petit problème, je ne trouve pas le numéro 438 dans la rue, j’ai beau fouiller partout, demander : impossible de trouver une maison qui corresponde à ce numéro. Alors j’appelle le colocataire potentiel avec qui j’ai rendez-vous. Evidemment, je tombe sur son répondeur, je laisse son message et attend un peu. Puis je suis obligée de partir puisque j’ai match de foot à l’autre bout de la ville.
J’arrive à l’heure, mais là, ils m’annoncent que ce n’est pas sur que je puisse jouer parce qu’ils n’ont pas mon numéro d’enregistrement à la ligue car Kevin, le coach qui l’a effectué est parti à Sydney sans leur laisser. On m’apprend ensuite que ce n’est pas un problème, que je vais pouvoir jouer…jusqu’ à ce qu’on se rende compte que je n’ai pas les chaussettes et short du club. J’essaie de négocier avec l’arbitre qui ne veut pas me laisser jouer… je regarde donc le match depuis la touche... Les filles ont gagne 4-1 après un beau match. Moi, je me suis un peu congelée mais ca va.
Je rentre à la maison. Polo vient de rentrer de son trip. Mais la joie des retrouvailles est vite effacée par l’ambiance qui règne dans la maison. Il y a eu un clash avec Steve.
Ambiance règlements de compte et insultes ; Steve faisant preuve de mauvaise foi flagrante sur tous les sujets et les traitant comme de la merde. Il est apparemment revenu 5 minutes plus tard en leur disant qu’ils avaient raison, que tout était de sa faute… Il est un peu schizophrène, et depuis ca passe du tt gentil au tt méchant aussi vite qu’un claquement de doigt. Je suis plutôt pas une peureuse mais Steve me fait vraiment peur, je ne vois vraiment pas rester seule avec lui… je décide donc de déménager tout de suite en même temps que Paul et Cécile sans attendre de trouver qq chose de définitif. Audrey me propose gentiment de squatter chez elle en attendant.
Mais la journée de m… n’est pas finie. Paul et Cécile sont invités à diner chez les parents d’un de leurs potes et veulent amener une bouteille. Je les conduis donc au magasin d’alcool le plus proche (En Australie, il faut aller dans des magasins spécialisés pour acheter de l’alcool). On choisit des bouteilles, j’en profite pour en acheter pour une soirée où je suis invitée la semaine prochaine. Arrivés à la caisse, la caissière demande leurs papiers d’identité à Paul et Cécile (ils ont 22 et 23 ans) qui ne les ont pas sur eux (c’est d’ailleurs la première fois en un an qu’on leur demande dans ce magasin…). Elle refuse donc de leur vendre la bouteille, jusque là, on peut comprendre… mais le manager arrive et prend les bouteilles que j’avais choisi pour moi et va les ranger. La caissière me dit que comme je suis avec eux et qu’ils n’ont pas leur carte d’identité, je ne peux acheter d’alcool non plus ! Trop fort !!!
Du coup, on est obligés de retourner à la maison chercher leurs papiers avant de revenir. Mais, en signe de protestation, je n’achète rien et leur dis qu’ils ne me reverront pas. Et pour finir en beauté cette journée, Internet ne marche pas bien et plante régulièrement pendant toute la soirée… Il y a des we comme ca… Mais bon, je vais au lit en me disant : Ca ira mieux demain…
Petit rajout du lundi soir : effectivement lundi a été une meilleure journée : visite d’une autre coloc’ sympa, coup de fil du gars de dimanche qui s’excuse car il s’est planté en me donnant le numéro dans la rue 348 et non 438. Et pendant qu’on boit un verre avec tout plein de potes de Polo pour son dernier soir sur Adelaïde, un coup de fil du metteur en scène de la pièce pour laquelle j’ai passé une audition qui me dit qu’ils veulent me donner un rôle.
Dans la vie, comme me disait un proche récemment, quand on a pas ce qu’on veut tout de suite, c’est pour avoir mieux après… il a trop raison. :-)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article