Une semaine chez les kiwis

Publié le par Agnes

J’arrive dans mon hôtel après avoir pris une navette venant de l’aéroport. Marcia a réservé l’hôtel pour moi, et je vais avoir une petite surprise en y arrivant. C’est un hôtel un peu chic, et moi, je débarque avec mes sacs à dos, le look un peu backpacker (ou routard, traduction non littérale ) :o). Le voiturier ne comprend pas trop quand il me voit m’approcher de l’entrée de l’hôtel. Quand il réalise que je suis une cliente, il se précipite pour porter mon sac. Je luis que ce n’est pas la peine ; il insiste, je lui laisse mon sac. Quand on arrive à la réception 10 mètres plus loin, je le remercie et me rend compte qu’il attend un pourboire. Je n’ai pas d’argent néo-zélandais, donc je le remercie une deuxième fois et il s’en va. Ca commence bien ! La chambre est confortable et avec une jolie vue sur le parc qui me permet d’apprécier un beau coucher de soleil. 

Vue depuis la fenetre de ma chambre d'hotel

J’ai juste le temps d’avoir un aperçu d’Auckland, des gratte-ciel et la mer. Le lendemain matin, la conférence commence par un powhiri, qui est une célébration d’accueil traditionnel maori. Une femme maori nous explique toute la procédure avant de nous montrer le chemin jusqu’au marae (le lieu de culte des maoris). Là, on (les visiteurs ou manuhiri) doit se ranger à l’extérieur, les femmes au premier rang. Les maoris qui nous accueillent sont devant le marae, les femmes devant également. Une de leurs femmes commence à chanter, la femme qui est avec nous leur répond et on commence à avancer. On s’arrête quand on est à une dizaine de mètres d’eux. Et là, ils nous font un aka. Vous savez la danse que font les All Blacks avant le début de leur match de rugby. Eh ben c’est pareil, sauf qu’ils le font en signe de bienvenue, même s’ils roulent des gros yeux et se tapent sur le torse… Puis on est invité à se déchausser et à aller s’asseoir dans le marae. Les femmes au fond cette fois-ci. Puis un des hommes commence
 à parler en maori pour nous souhaiter la bienvenue. Quand il a fini de parler, les membres de son groupe se levent et chantent une chanson pour dire qu'ils approuvent ce qui vient d'etre dit. Puis un membre de notre groupe leur répond. Ensuite on se lève tous et on chante en maori (on a une anti seche et on a répété avant :o)
Et enfin, la derniere partie de la ceremonie consiste en un contact physique entre les deux groupes. On s'approche des membres de l'autre groupe et on se presse le nez avec le nez deux fois : une fois pour les ancêtres décédés et une fois pour les vivants.
Ensuite on est invité à manger et ils nous font un dernier aka pour nous dire au revoir. C'est comme ca que je suis passée de "tapu" à "noa"...

Ca change des discours sans fin de début de conferences !!!
En plus, on a droit à une explication du marae et de la signification des différentes parties qui le composent. Il est magnifique mais je n'ai pas mon appareil photo, alors il vous faudra vous contenter des photos de l'extérieur prises quelques jours plus tard. Les piliers sont les côtes et la poutre centrale est la colonne vertébrale ; les divinités sont representées sur les flans du marae, c'est magnifique
 !

Le marae

























La porte d'entrée, avec des sculptures qui font même pas peur Ca a de la gueule, non ?

Suite au prochain épisode...

Publié dans Mes excursions-voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
I
Coucou Agnès! Je te lis régulièrement sur ton blog, je trouve tes photos magnifiques!!! Ta vie semble être palpitante, profites-en bien!Bisous à toi et au plaisir!Isa.
Répondre
A
Hello Isa,Merci. Je pense que ta vie doit etre palpitante aussi, d'une autre maniere...avec tes deux petits bouts de choux, Jade et Lilou. J'ai vu des photos sur ton blog, elles sont craquantes ces petites jumelles ! Mais j'aurais peut etre d'ici peu l'occasion de faire leur connaissance...BisousAgnes