Nouvelles du front - semaine 1 - On danse pour Womad

Publié le par Agnes

Je sais, j’avais promis de ne plus vous parler du temps, mais c’est vous qui me réclamez des nouvelles. Voici donc spécialement pour vous un compte-rendu de bataille :
 
Lundi 03/03 – mercredi 05/03 : Jour 1-Jour 3
La vague de chaleur se propage doucement, mais la maison arrive encore à garder le frais, du coup l’agnesenaustralie préserve son intégrité physique en s’hydratant et se crème-solairisant (oui, je sais, ce mot n’existe pas en français, alors n’en déplaise au petit frère rectificateur de faute de français, c’est mon blog, j’écris ce que je veux op). Elle résiste même tellement bien qu’après le foot mercredi soir, elle rejoint Tobi, Hanna et Steve, le mercredi pour un petit diner fort sympathique, dont un dessert figues fraiches, juste tiédies au four avec glace à la vanille, bien mémorable.
Agnesenaustralie +2 – Chaleur 0
 
Jeudi 06/03 : Jour 4
La chaleur prenant le pas sur toute tentative de vie normale, l’Agnesenaustralie se refugie au travail dans la fraicheur de l’air conditionné, et sort seulement tard quand la température se fait décente. Une pièce de théâtre en plein air et la visite des lumières sur North terrace sont appréciées, vue l’heure tardive… L’atmosphère de la maison devient irrespirable (eh oui, elle fait partie des 15 % de maisons d’Adélaïde sans air conditionné). Il s’en résulte un sommeil plus que moyen pour l’agnesenaustralie
Agnesenaustralie 0 – Chaleur +2
 
Vendredi 07/03 : Jour 5
Premier jour de Womad. L’agnesenaustralie décide que la chaleur n’aura pas raison de son ardeur à danser. Bilan, à 6 heures du soir, elle a déjà transpiré les 3 litres d’eau ingurgités dans l’heure précédente dans une danse frénétique au son de la musique burkinabé de Farafina. 

Farafina sur scène

Puis viennent le tour de Beirut, ou elle valse et se trémousse malgré la température encore peu clémente. Pour John Butler Trio, la nuit est tombée ; elle s’agite donc juste pour le plaisir ; l’effet sauna en moins ! Puis après avoir été émerveillée par un joueur aborigène de didgeridoo, elle se détend au son de Watussi, un groupe mélangeant le son australien et cubain. Le moral est au beau fixe ; elle est prête pour enchainer encore deux jours comme ca.
Agnesenaustralie +3 – Chaleur 0 

Womad, atmosphère...
 
Samedi 08/03 : Jour 6
Déjà à la piscine le matin, l’agnesenaustralie sent que la journée va être chaude. Mais n’écoutant que leur passion pour la musique du monde, elle et ses valeureux amis se rendent au deuxième jour de Womad. L’atmosphère est toujours familiale et hippie, mais les 40 degrés donnent plus envie de rester à l’ombre que de s’agiter. Heureusement, il y a des sprinklers (des espèces de douche collective où on va tout habille, histoire de se rafraichir un peu). 

Spécialement pour toi, lecteur... Ma colloc' Marie sous un sprinklers

Et on porte chapeau et châle, histoire de se protéger du soleil. Mista Savona, Highway 31 puis the beautiful girls nous accueillent en douceur, puis on retrouve les français de titi robin quartet pour de la musique style gipsy. Que du bonheur ! On n’a pas peur de la chaleur, alors on décide de rejoindre un atelier avec Farafina qui, au son des percus, nous apprennent des pas de danse africaine. Bonne ambiance assurée.

Et on bouge son corps...
On se fait une petite pause avant de se déhancher au son de Susanna Baca, la diva péruvienne. On admire les installations lumineuses élaborées par la Compagnie Carabosse, des français…damned, ils sont partout. 

Les pompiers stressent pendant qu'on se régale

On écoute calmement Sarah Blasko, on loupe le groupe de Cesoria Evora jouant sans elle (elle a eu des ennuis de santé à Sydney). Puis, après un détour par de la musique indienne, on finit au son de Idan Raichel project des israéliens qui chantent la paix. Encore une journée magnifique, même si la fatigue commence à se faire sentir.
Agnesenaustralie 0 – Chaleur +3
 
Dimanche 09/03 : Jour 7
Pour le dernier jour de Womad, la poussière est partout tellement le sol a été piétiné et est sec. Mais on est une bande de jeunes, alors on s’éclate. On retrouve Idan Raichel Project, puis un peu de shopping avant le retour à la musique, pour voir Toumani Diabate, le prince de la torah et sa bande de musiciens maliens. Là encore, l’agnesenaustralie laisse le rythme diabolique de la musique africaine, enflammer son corps. Des instants de pur bonheur ! C’est pas comme s’il faisait 40 et qu’elle suait comme une grosse truie… Puis alors qu’on se pose pour écouter Lowrider, on tombe sur Marjorie (qui vient d’arriver à Adélaïde depuis une semaine et a qui j’avais dit que je serais à Womad). Au milieu de 25 000 personnes, le hasard fait bien les choses. Mamadou diabate nous permet de souffler calmement avant d’enchainer sur la « jam session » (une impro, quoi) avec un mélange d’artistes. Et moi ca me plait…surtout les percus mélangées des japonais et des burkinabés. J’en saute de joie !

Une Agnès bondissante

David d’or nous fait ensuite danser sur de la musique juive de manière totalement déchainée avant une petite pause repas (où je m’offre une crêpe complète cuisinée par une bretonne, histoire de changer de la cuisine asiatique et indienne). L’américaine Sharon Jones se déchaine ensuite sur scène. On finit le we allongés dans l’herbe, en regardant les étoiles au son de la musique de moines du Tibet. Très étrange mais poignant.
Agnesenaustralie +2 – Chaleur 0

Womad, ambiance de jour
 

Womad, ambiance de nuit
Au final, Womadelaide est un moment exceptionnel, une ambiance particulière, de la musique différente, des gens détendus… Bref un grand moment, à refaire et à conseiller ! 

Bilan de la 1e semaine de canicule : Agnesenaustralie 7 - Chaleur 5
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article