Et une traversée du Coorong, une !

Publié le par Agnes


Après le boulot jeudi soir, on décolle tant bien que mal direction Deep Creek pour une première nuit de camping. Après quelques aléas propres à la gestion d'un "gros" groupe (partant à plusieurs voitures sans réel point de rendez-vous et sans réseau téléphonique à destination...) et un essai de vol de cerf-volant de nuit malgré un trop grand vent, on finit par se coucher tôt.



Le matin, je me réveille très tôt et j'en profite pour m'offrir une petite balade avec pour compagnie les kangourous, jouissant du lever de soleil en ma compagnie.































































On finit par réussir à décamper, on rattrape le 8e comparse sur la route, et nous voilà arrivés à notre destination : le parc national du Coorong. On campe à Parnka Point, c'est joli tout plein. Mais il y a du vent, ça pèle !
































Après une nuit de sommeil réparateur, nous sommes 6 à décoller : notre objectif, réussir à traverser le Coorong (qui est en fait une étendue d'eau 5 fois plus salée que la mer et avec une boue très acide comme je le constaterais aux dépens de mes pieds) pour atteindre les dunes de sable de l'autre côté puis l'océan.
C'est notre jour de chance : on trouve un radeau qui nous attend fait de barils et de planches. On trouve des morceaux de bois pour faire des rames, et on se lance. A 6, c'est un peu trop pour le bateau. Du coup, 4 s'élancent, traversent et deux reviennent nous chercher.


Quand on est quasiment tous de l'autre côté, on entend des gens qui nous gueulent dessus et qui sont pas contents du tout... Apparemment, c'est leur bateau et ils n'apprécient pas du tout notre emprunt ! Ray et Tobi se dévouent pour leur ramener le bateau : Nous voilà donc à 4 à avoir traversé et deux revenus au point de départ. Notre esprit solidaire nous défend de foncer à l'océan sans eux. On va donc demander à des campeurs non loin de là, si on peut leur emprunter leurs canoés pour aller récupérer nos deux laissés pour compte. Je ne sais pas si c'est l'accent français ou l'hospitalité australienne, mais toujours est-il qu'on obtient les canoes avec le sourire. On retraverse donc avec Marie chacune dans un canoe et on ramène Ray et Tobi avec nous. Nous voilà donc tous les
6 de l'autre côté... A nous la plage !

Et franchement, ça valait la traversée, non ?



Les vagues sont impressionnantes et puissantes ; de quoi retrouver du sable à l'intérieur du maillot de bain. L'heure du retour a sonné ; on a la dalle quoi ! On retourne donc voir nos potes les campeurs et il y a justement un bateau conduit par oncle Tom, un homme d'origine aborigène, qui fait traverser un groupe de touristes avec son bateau. Plutôt que de retourner à vide, il nous embarque... et nous voilà de retour sur la terre ferme. Les aventures ne sont pas finies pour autant. On arrive au campement et pas de Dom et Tanya, juste un mot disant qu'ils sont en ville et reviennent bientôt. Le seul hic : la bouffe est dans ma voiture et j'ai laissé les clés à Dom ! Il a du oublier ce détail. On vérifie quand même dans les tentes et derrière les roues de la voiture au cas où il aie pensé à les cacher, puis on prend notre mal en patience. On a quand même de l'eau mais peu d'ombre et ça cogne ! Le pire, c'est que quand ils reviennent deux heures plus tard, Dom nous annonce que les clés étaient dans le pot d'échappement. Il m'a d'ailleurs appelé pour me prévenir, mais mon téléphone était dans la voiture !

Ca nous fera un souvenir marrant à raconter...


On joue au frisbee sur la plage, Marie fait du cerf-volant devant le coucher de soleil, Dom découvre les raquettes de plage. La soirée est beaucoup moins venteuse, mais du coup, beaucoup plus humide !


 
 

A suivre...

Publié dans Mes excursions-voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article