Ca gaze !

Publié le par Agnes

Grâce à Jean-Luc, j'ai un petit article facile pour vous tenir compagnie pendant que je suis en Tasmanie (je lui ai même piqué le titre ; ouh la flemmarde !).
Voici donc un article du monde qui parle de chercheurs du CSIRO... et de flatulences.
Enjoy !


Assainir l'atmosphère grâce aux gaz du kangourou (Article du 05 avril 2008 paru dans LE MONDE )

Les flatulences et éructations de nos troupeaux sont un fléau pour la Terre. A l'échelle mondiale, chaque année, ils
larguent dans l'atmosphère une bonne centaine de millions de tonnes de méthane : un puissant gaz à effet de serre, dont l'impact sur le réchauffement planétaire est plus de trente fois supérieur à celui du dioxyde de carbone.

Lorsque proviennent d'Australie des informations sur les ballonnements du kangourou, on craint donc le pire... Or
il faut au contraire espérer ! Car si le kangourou pète, éructe et respire comme tous les bovidés (moutons, boeufs, chèvres), lui ne dégage pas de méthane ! Les ruminants, on le sait, ont un estomac à quatre poches. La principale, le rumen, leur permet de digérer de grandes quantités de cellulose. Mais cette dégradation des sucres a un prix :
une importante production de méthane, effectuée par des bactéries méthanogènes. Un mouton rejette ainsi sous
forme gazeuse environ 7 kg de méthane par an. Une vache laitière, 90 kg. Rapporté aux 100 millions de moutons que compte le cheptel australien, auxquels s'ajoute un nombre important de bovins, le méthane provenant du bétail représente ainsi 14 % des gaz à effet de serre émis par l'Australie. Soit la deuxième cause de pollution du
continent, après le secteur énergétique. D'où les recherches menées par les agronomes pour tenter de réduire
les néfastes émissions.

Au Csiro -l'organisme gouvernemental australien pour la recherche scientifique -, on teste ainsi depuis plusieurs années, chez les ovins, l'efficacité d'un vaccin qui entraînerait la destruction des méthanogènes par le système immunitaire. Mais la découverte effectuée sur le kangourou par Athol Klieve, chercheur, à Moorooka, du programme antiméthane mis en place par l'Etat australien du Queensland, est peut-être plus prometteuse encore.

"Ce marsupial ayant évolué isolément des ruminants durant des millions d'années, sa flore intestinale est différente", explique-t-il. En lieu et place des bactéries méthanogènes sont ainsi mises en oeuvre des bactéries
acétogènes, productrices d'acétate. Ce qui assure également à cet herbivore une digestion plus sereine et énergétiquement plus rentable.
Transférés dans la panse des vaches et des moutons, ces microbes providentiels permettraient donc non seulement d'assainir l'atmosphère, mais encore de réduire le coût de leur alimentation. Leur isolement devrait
prendre trois ans. Après quoi une nouvelle phase de recherche s'ouvrira pour les transplanter dans le tube digestif
des bovidés... et observer s'ils s'y imposent face aux méthanogènes.

Merci Jean-Luc pour cette info qui m'a fait sourire... Il y a des collègues qui s'éclatent au CSIRO !

Publié dans Only in Australia...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article